[ ERSATZ ] Les mots de Julien Mellano

Julien Mellano est à la fois concepteur, metteur en scène et interprète du spectacle Ersatz. Il a choisi de partager les dessous de cette création dans cette interview et vous donne même quelques astuces pour se concentrer ou relativiser en vous brossant les dents le matin…

 

Quel est le point de départ de ce spectacle ?

Je me suis demandé ce que serait l’homme du futur si le transhumanisme devenait une norme. Que donnerait ce fameux mélange homme-machine ? Quels avantages et quels inconvénients ce métissage provoquerait ? J’ai donc imaginé un personnage empêtré dans la technologie autant que dans son corps organique, qui tente presqu’instinctivement de retrouver son origine humaine.

 

Une anecdote, un souvenir marquant sur cette création ?

Peut-être le moment où j’ai proposé à mon équipe technique de mettre un micro directement dans ma bouche et que l’on a découvert les sons incroyables que cela produisait. Nous avons beaucoup rit et cet effet est devenu un point fort du spectacle.

 

Un Poids?

4 x 23 kg. Soit 92 kg. C’est le poids des 4 malles pour transporter tout le spectacle. Ça nous permet notamment de voyager en avion (pas trop souvent parce que c’est mal) avec les bagages en soute et d’être quasiment autonomes. On demande juste un système son et trois pieds de micro et zouh ! on peut jouer partout.

 

Vous êtes plutôt paillette, fougère ou carton ?

98% carton, 2% fougère. Les paillettes c’est pour les starlettes.

 

Monde réel ou virtuel ?

Personnellement j’aime bien le réel. Il y a tellement de choses à découvrir dans le réel, tellement d’ingéniosité dans la nature et tellement de mondes inconnus à explorer. Bien sûr ce n’est pas facile d’y accéder, ça demande du temps, des efforts, ça peut être dangereux et salissant, mais je suis plus attiré par l’observation du réel que par des aventures de salon sous un masque de réalité virtuelle…

 

Microscopique ou année-lumière ?

On doit se situer entre les deux, mais vu la taille de l’Univers j’ai l’impression qu’on est plus proche du microscopique. On devrait d’ailleurs y penser tous les matins en se brossant les dents, ça fait relativiser.

Quel échauffement avant d’entrer en scène ?

Aucun. Ersatz n’est pas très physique. Il demande surtout beaucoup de concentration. Je fais plutôt en sorte d’être bien reposé et détendu. Si j’ai le temps je fais un petit Tétris avant d’aller au plateau pour m’entrainer à bien ranger les briques.

 

Aïe, aïe, aïe, un collectif ?

Oui, AÏE AÏE AÏE (en majuscules et sans virgules) regroupe des artistes qui mènent chacun leurs projets de création. Ce qui nous réunis c’est une attention particulière pour la fabrication des images sur scène en lien avec un texte, un répertoire, une trame dramatique. Nous mutualisons aussi des moyens humains pour l’administration et la production et des moyens techniques (un bureau, un lieu de stockage, un atelier). Plus d’infos sur www.aieaieaie.fr

 

A quelle question répondriez-vous « A vous de voir » ?

Très bonne question. Je poserais la même.

 

Quelle idée bouillonne en ce moment ?

Je travaille en ce moment sur un nouveau projet autour du clonage humain. C’est un sujet tabou qui reste pour l’instant dans le domaine du fantastique. Mais la perspective d’une immortalité possible via le clonage semble intéresser sérieusement certains humains égocentriques et mégalomanes qui n’ont pas encore compris que l’humanité était immortelle de par son principe de reproduction naturel. Bref, un sujet qui soulève bien des questions sur l’avenir de l’homme et sur notre rapport intime à la mort. Cela dit je compte bien traiter tout ça avec dérision et humour. À suivre…

 

– Julien Mellano, metteur en scène, concepteur et interprète. Avril 2022

 

 

3.4.2022
 

.