[ENTRELACS] Les mots de Claire Latarget

Claire Latarget de la compagnie Anima Théâtre répond à nos questions sur la création d’Entrelacs

Quelles ont été les sources d’inspiration du projet ?
Nous nous sommes égarés volontairement dans les mythes et légendes autour des femmes, du fil et du tissage. Arakné, Ariane et Pénélope ont été nos compagnes de voyage. Il y a chez ces héroïnes un peu de magicienne, beaucoup de mère, et surtout de l’amour.
Et puis l’univers de la nuit, du rêve et du textile nous a guidé à la rencontre de Louise Bourgeois et d’Annette Messager.
Ce sont des inspirations bizarrement précises mais aussi lointaines et floues, un peu comme un rêve qui s’effiloche le matin.
L’adresse au très jeune public est-elle une nouvelle démarche pour la compagnie ?
Entrelacs est le second projet pour les tout-petits que nous développons. Nous avons toujours le souci de mêler plusieurs niveaux de lecture et que les adultes prennent autant de plaisir que les enfants. Nous aimons penser ces spectacles pour tout public à partir de très jeune. Pour Entrelacs, le projet est aussi pensé pour inclure les équipes des lieux qui nous accueillent. Si tout se passe bien, le temps de représentation nous relie tous les uns aux autres, quels que soient nos âges et notre place (artistes, public, équipe d’accueil).
Qu’aimeriez-vous transmettre aux tout-petits (et aux grands!) à travers ce spectacle ?
On espère surtout un réel moment de partages et d’émotions pendant le temps de représentation. Bien sûr il y a le «après» mais nous ne pouvons pas savoir quelles graines vont germer, comment, chez qui?
En tout cas, si les spectateurs ont envie de revenir au théâtre, ensemble, et de rencontrer d’autres œuvres et d’autres artistes, notre pari est gagné.
Avec des si petits, c’est souvent le premier spectacle auquel ils assistent avec leurs parents, et c’est un moment précieux et délicat…

 

https://www.animatheatre.com/

 

30.10.2018
 

.