[Arthur et Ibrahim] Quelques concepts qui éclairent

Avec le spectacle Arthur et Ibrahim, l’auteur Amine Adjina aborde le thème de la construction de l’identité en France, et toutes les crispations que cela peut engendrer. Voici quelques références qu’il nous livre pour nous permettre d’approfondir certaines notions.

  • Adbelmalek Sayad

“Immigrer, c’est immigrer avec son histoire, avec ses traditions, ses manières de vivre, de sentir, d’agir et de penser, avec sa langue et sa religion ainsi que toutes les autres structures sociales, politiques, mentales, structures caractéristiques de la personne, et, solidairement, de la société, les premières n’étant que l’incorporation des secondes, bref avec sa culture”

1933 (Alger) – 1998 (Paris) / Sociologue, ami et assistant de Pierre Bourdieu – ll a renouvelé la question de l’immigration en la considérant comme « un fait social dans sa globalité »,et en décrivant notamment le concept de la double absence: « ni de la bas parce qu’il n’y est plus, ni d’ici parce qu’il ne s’y sent pas chez lui » Amine Adjina. Vous trouverez ci-dessous une note de lecture de La double absence – De l’illusion aux souffrances de l’immigré.

 

Note de lecture – Abdelmalek Sayad

 

  • Frantz Fanon

« Nous ne tendons à rien de moins qu’à libérer l’homme de couleur de lui-même. »

1925 (Fort de France) – 1961 (Washington) / Psychiatre et essayiste. S’inscrivant dans le courant de pensée « postcolonialiste », il analyse les conséquences de la colonisation et le processus de décolonisation. L’ouvrage Peau noire, masques blancs analyse les relations entre le colonisé et le colon, avec la mise en place de tout un système de corps aliénés qui transmettent leurs aliénations.

 

Source: Sciences Humaines, Revue Persée

17.4.2018
 

.