Un fantôme dans mon théâtre

Si vous avez fréquenté les murs du Théâtre Massalia ces dernières semaines, vous aurez peut-être remarqué des apparitions inexpliquées, des tours de magie incompréhensibles ou encore des projections qui semblent ne pas en être. Alors, non, vous n’avez pas rêvé, on vous explique tout !

Le Pepper’s Ghost, qu’est ce que c’est ?

Ce que l’on pourrait imaginer qu’il s’agit d’une technologie de pointe (comme on le dit pour l’hologramme de Jean-Luc Mélenchon), il n’en est rien ! Ce que vous avez pu découvrir avec Kant, Mécanique ou encore l’Insoumis, est un procédé qui date du XVIème siècle.

L’invention porte le nom de John Henry Pepper chimiste du XIXème siècle qui lui a donné sont nom, dont la paternité reste à prouver.

 

 

A l’aide d’un film ou d’un miroir holographique (pour l’appeler par ce petit nom) le spectateur, s’il est bien placé, assistera à l’apparition d’une personne ou de tout autre élément nécessaire à la mise en scène et ceci grâce à l’inclinaison du film. Si aujourd’hui une projection et un miroir feront l’affaire, du XVIème jusqu’à récemment, les apparitions se faisaient seulement grâce à la lumière, comme vous pouvez le voir sur l’illustration ci-dessus, datant de 1865.

Si l’utilisation diffère légèrement sur Mécanique, les images que vous voyez ci-dessous (notamment l’installation) sont très proches de ce que vous avez pu voir sur Kant. Le petit plus de Kant était l’acteur, qui évoluait dans un univers « holographique » grâce aux projections.

Cliquez pour voir en grand

 

 

2.2.2018
 

.