Mécanique
7 Déc → 9 Déc
Grand Plateau - Friche Belle de Mai
1h
Théâtre, marionnettes et projections
+ 13 ans
Adulte/enfant : 8 € - Carte Massalia : 6 €
Dans le cadre du Marché noir des petites utopies

Quand on s’attaque à l’adaptation de L’orange mécanique, le défi est de se défaire de la marque que Kubrick a pu graver dans l’imaginaire collectif par son esthétique de la violence.
Nous sommes aujourd’hui éclaboussés par la violence et le repli, non seulement sur soi-même mais sur des valeurs religieuses et politiques radicalisées. La violence exerce une grande attirance sur les adolescents en quête de leur identité et d’une place dans un monde qui semble les rejeter.
Malgré l’impression que l’on peut avoir d’être en face d’un phénomène global, il s’agit toujours de l’histoire d’individus, de parcours personnels.
À travers l’histoire d’Alex (14 ans), personnage principal du roman de Burgess, se pose la question de la violence «gratuite», de ce qui fait la différence entre le fantasme et le passage à l’acte, le virtuel et le réel. L’utilisation de diverses techniques de théâtre de marionnette permet ici d’aborder la violence de façon détournée et de ne pas basculer dans l’accumulation des images violentes déjà très consommées par ce public adolescent auquel le spectacle est tout particulièrement destiné.

Metteur en scène Georgios Karakantzas /\ Auteure Catherine Verlaguet /\ Comédien Stéphane Miquel /\ Marionnettiste Hugues Cristianini /\ Son Stéphane Chapoutot /\ Vidéos Przemyslaw Reut /\ Images Julien Chiclet /\ Lumière Jean-Louis Floro /\ Consultant lumière Boualem Ben Gueddach

 

Georgios Karakantzas – Compagnie Anima Théâtre
Formé à l’académie de Théâtre de Prague puis à l’école nationale de la marionnette de Charleville Mézières, il crée avec Claire Latarget la compagnie La Machine à Racine en 2001 puis la compagnie Anima Théâtre en 2004.
En mobilisant et collaborant avec une constellation importante de compagnies autour d’eux, les deux artistes se nourrissent de différents horizons artistiques pour créer des spectacles tous publics. Parallèlement à ces activités de création, la Compagnie Anima Théâtre cherche également à mieux faire connaître l’art de la marionnette à travers des ateliers, des stages, des évènements, des rencontres…
Metteur en scène de Mécanique Georgios Karakantzas aime le baroque, le bois et le cinéma expressionniste. En s’entourant dans ce projet de Catherine Verlaguet pour l’adaptation d’«Orange Mécanique» sur scène, il continue à enrichir son parcours artistique en s’essayant à l’adaptation.

Représentations tout public
Vendredi 8 décembre à 19h
Samedi 9 décembre à 19h

Représentations scolaires
Jeudi 7 décembre à 10h
Vendredi 8 décembre à 10h

Disséquer la mécanique du plateau autour du spectacle
// À destination des classes de 4ème, 3ème et lycée
L’équipe artistique propose un temps de rencontre « au  plateau »  (sur  la  scène), avant et après les représentations : le premier temps aura lieu au moment de l’installation du spectacle (en amont des représentations), pour dénuder la machinerie théâtrale et découvrir les outils de jeu des comédiens.
Le second temps se déroulera à la fin des représentations, pour des échanges sur l’utilisation du dispositif scénique et des marionnettes, et sur le projet en général.

Atelier de création plastique (théâtre d’objet, projection d’ombres) autour du spectacle
// À destination des classes de 4ème, 3ème et lycée
Les  élèves  réaliseront  des  paysages,  scénographies  plastiques  et  marionnettiques  avec  le  metteur en scène. Avec des matériaux simples, les participants seront libres d’imaginer et de créer des environnements sous forme de maquette. Ces maquettes seront l’occasion de se questionner sur l’environnement urbain et social qui nous entoure, et avec lui ce qui fait la différence entre une vision idéale et un enfer du réel.

Le mot de Massalia

« On connaît tous le fameux Orange Mécanique de Stanley Kubrick, mais on connaît moins le texte d’Anthony Burgess.
C’est une version plus proche de l’œuvre originale que propose Anima Théâtre, une vraie plongée dans un monde de violence où la seule échappatoire semble être la violence elle-même, marionnettes, comédien et vidéos se mêlant pour un résultat captivant.»